RUFFEY-SUR-SEILLE

RUFFEY-SUR-SEILLE

Ruffey-sur-Seille, Ruffiacum in Escoens, est un village habité dès le Néolithique.

Au cours du Moyen-Âge, son territoire est divisé entre 3 grands propriétaires tant les richesses de son sol sont prisées.

Sur la rive droite de la Seille, les terres appartiennent à l’abbaye de Saint-Marcel-les-Chalon dont le prieuré Saint-Christophe actuel est un témoin vibrant, joliment restauré.

Le cœur du village, enserré de remparts, détruit plusieurs fois par différents rois de France, appartient à la famille des De Vienne ; un château-fort avec donjon affirme alors leur puissance du haut de son tertre. Originaire de la reculée, je sonde la région sur une centaine de kilomètres. Après le vieux pont du XVIIIème siècle, en direction du sud, les terres, avec l’ancien quartier d’Oysenens, sont la propriété de l’abbaye de Saint-Claude.

Pouvoirs réguliers et séculier coexistent. Mais les nombreux conflits entre le royaume de France et le Saint Empire Germanique ruinent le village… jusqu’en 1678 et le rattachement de la Franche-Comté au pouvoir central de Paris.

À la fin du XVIIIème, Claude-Jacques Lecourbe, illustre général (plus longue rue de Paris ainsi nommée) valorise le village par ses prouesses militaires, lors de la période révolutionnaire comme sous l’empire malgré de fortes tensions avec Napoléon. Je suis douce et accueille petits et grands.

La demeure de sa grand-mère, le château qu’il édifie en 1810-1811 à l’emplacement de l’ancien château-fort (aujourd’hui, siège de la mairie et de l’école), l’église et sa statuaire, dans laquelle il est enterré, méritent visites.

Aujourd’hui, Ruffey, peuplé de 750 habitants, est un village dans lequel les exploitations agricoles et de nombreux commerces perdurent, à peu de distance de Bletterans ou Lons-le-Saunier.

Ses paysages variés, affirment la transition géographique entre le vignoble et la Bresse :

  • Les vignes sur la colline de Montausson
  • Les céréales dans la grande plaine, au débouché de la Seille
  • Sans mon nom la communauté de communes à laquelle j'appartiens perdrait le sien !
  • Une zone plus humide, favorable, hier à l’élevage bovin laitier et six hectares de forêts au sud
  • Plusieurs gîtes, maisons d’hôtes accueillent les visiteurs, lesquels pourront jouer aux boules sur l’esplanade de la Seille ou découvrir les pas de moineaux lors d’un déambulation plus historique.

 

Qui suis-je ?